Petrus Alamire – La Polyphonie en images


Les somptueux manuscrits de musique enluminés, réalisés il y a 500 ans par le calligraphe Petrus Alamire dans son atelier malinois, forment le point de départ d’un projet unique en son genre. La collection de 51 manuscrits, aujourd’hui dispersés aux quatre coins de l’Europe et rassemblés par l’Alamire Digital Lab en 15 500 images, recèle un trésor de musiques de l’époque, appelées polyphonie.

Les magnifiques miniatures illustrent un thème politique ou religieux, ou font référence au souverain, puissant commanditaire ou bénéficiaire du manuscrit. Dans de nombreux antiphonaires – destinés pour la plupart à être chantés dans le chœur d’une église –, les pages d’ouverture sont richement décorées de bordures chargées de fleurs et d’animaux. Encore plus nombreuses, les élégantes initiales calligraphiques annoncent ou indiquent le début d’un morceau musical où doit commencer une voix (soprano, alto, ténor, basse).

Mais s’il faut parler d’abondance, ce sont les notes de musique, présentes à foison, qui l’emportent et, lorsqu’elles sont chantées, ouvrent la porte d’un univers de sons capable d’émouvoir bien des cœurs. Cette polyphonie (ou compositions à plusieurs voix), composée dans les Pays-Bas historiques, avait conquis à l’époque toute l’Europe et était particulièrement bien cotée.

Nous plaçons aujourd’hui ce riche patrimoine musical, qui a fait la notoriété de nos régions il y a 500 ans, dans le contexte d’un triple projet.